Intervention du Ministre Marcus Gracia à la conférence des Chefs de Mission (28.07.2016)

Allocution du Ministre de la Culture et de la Communication, M. Marc Aurèle Garcia, à la IIIe Conférence des chefs de Mission diplomatique d’Haïti

Excellences, Mesdames, Messieurs,

La tenue de telles assises, qui traitent de questions d’importance aussi capitale pour le pays, n’est pas seulement une nécessité, un besoin, mais une obligation pour un Etat qui veut rétablir et renforcer son image de marque dans le concert des nations, eu égard à la dynamique actuelle de la diplomatie internationale.

Permettez que de prime abord, je renouvelle mes honneurs au Président de la République, S.E. Mr. Jocelerme Privert, qui a voulu tout mettre en œuvre pour donner un autre visage à la diplomatie haïtienne à la face du monde.

Mes hommages vont au Premier ministre, S.E. Mr Enex Jean-Charles pour son dévouement à la cause de la diplomatie haïtienne et aussi à mon homologue, S.E. le chancelier Pierrot Délienne, qui n’a jamais marchandé ses efforts pour faire de la diplomatie haïtienne une arme dialectique de combat. Et l’organisation de ces assises actuelles, dont je présente mes félicitations aux organisateurs, en est le plus clair témoignage.

Excellences, Mesdames, Messieurs,

Diplomatie et développement ne doivent pas être ce couple dénoué de substance, claironné à cor et à cri, sans formulation d’un contenu formel. Ce couplage doit s’effectuer dans le contexte d’un « démarrage d’étape » des outils de croissance, à travers des investissements acceptables, qui permettent de régulariser des taux de croissance continu à deux chiffres au niveau des différents secteurs qui actualisent le développement économique, ainsi que le maintien à son plus haut point de sérénité d’un climat de stabilité politique par le biais d’institutions étatiques fermes, assurant la continuité des vecteurs de croissance.

Les produits culturels, ainsi que leurs sous-produits dérivés doivent être à même d’être exportés pour le renouveau de l’image du pays et dignement mis à profit pour doper l’économie nationale. Tout cela passe par le nécessaire boulevard de la promotion de nos ambassades qui doivent pouvoir remplir pleinement leur mission au sein des Etats où elles sont accréditées.

DIPLOMATIE ET CULTURE

Excellences, Mesdames, Messieurs,

Les différentes composantes de la diplomatie d’un pays ne sont pas des domaines cloisonnés et séparés et surtout ne sont pas indépendantes de la culture nationale. Leurs objectifs convergent dans un même esprit de promotion de l’image nationale et de l’avancement des intérêts économiques. La diplomatie haïtienne se doit de projeter une image positive d’Haïti, car la diplomatie et la culture se complètent et un pays riche par sa culture ne peut pas être pauvre en image.

Les divers aspects de notre diplomatie dans le domaine stratégique économique doivent s’appuyer sur le rayonnement de la culture haïtienne. Donc en tant que diplomates, vous êtes un élément central de la diffusion et de la rentabilité de notre historique culturel en terre étrangère. Oui la culture doit irriguer toutes vos actions dans le domaine diplomatique.

Exemple de l’impact positif de l’intervention du culturel :

REPRESENTATION CULTURELLE DU MCC A MIAMI

Sur demande de la « Sosyete Koukouy », connue aussi bien au pays qu’en diaspora, une délégation du Ministère de la Culture et de la Communication (MCC) a séjourné à Miami, du 28 avril au 1er mai 2016. Cette rencontre avait pour objectifs de renforcer les liens avec la communauté artistique haïtienne de Miami et d’implanter une fenêtre du MCC en vue d’augmenter et de vulgariser l’offre culturelle et aussi établir des échanges culturels entre les artistes de la diaspora et ceux d’Haïti. En premier lieu de Little-Haïti, le quartier haïtien de Miami.

Parce que en Little-Haiti, Haïti possède la plus grande vitrine culturelle souhaitable aux Etats-Unis. En même temps, si les Haïtiens d’Haïti et ceux des autres coins des Etats-Unis n’interviennent pas, Little-Haiti ne sera bientôt un quartier haïtien que de nom. Tant le quartier haïtien est en train de disparaître dans le New Miami fait de boutiques d’artisanat et de luxe. Et où toutes les autres communautés feront la promotion de leur culture native, sauf l’Haïtien.

Nous avons programmé des expositions et des spectacles au Little Haïti Cultural Center, que nous réaliserons en coopération avec les autorités municipales de Miami ainsi qu’avec nos représentants consulaires. Et surtout avec toute la communauté haïtienne et la communauté en général.

AUTRES REPRESENTATIONS CULTURELLES DU MCC

A l’intérieur du pays, le MCC est bien sûr très actif dans le partenariat MCC/opérateurs culturels nationaux, dans le cadre des activités des ‘fêtes patronales’ et des ‘fêtes champêtres’ dont on est en pleine saison.

Tout comme on est fier de coopérer avec les grandes foires et autres activités culturelles telles que : LIVRES EN FOLIE (une initiative du quotidien Le Nouvelliste et de la Unibank) qui a lieu fin mai chaque année ; nous avons vu aussi se dérouler avec le plus grand succès et dans un climat de totale sérénité le séminaire CARIBBEAN STUDIES qui a vu plusieurs centaines d’universitaires d’origine africaine arriver en Haïti et venant de tous les coins du monde pour une semaine de réflexion, cela au mois de juin 2016.

Avec une invitée de marque, la militante et universitaire Angela Davis.

Presqu’en même temps, le MCC a participé au coup d’envoi de la 46ème conférence d’ACURIL, à l’actif des Archives nationales (une des directions déconcentrées du ministère) et institution membre de l’association des universités de la Caraïbe (UNICA). Les professionnels haïtiens de l’information et de la documentation, le monde du livre et de la culture se sont réjouis de la tenue de cette conférence pour la deuxième fois en Haïti.

Le MCC a profité de tous ces événements pour, aux côtés de notre partenaire le Ministère du Tourisme, et son actif titulaire, Mr Didier Hyppolite, inviter les participants à mieux connaitre Haïti à travers sa culture, son art, sa cuisine et sa littérature.

Le MCC attache une grande importance à des actions qui mettent en avant notre culture et promeuvent en même temps le développement économique.

Un pays est sa culture. Comment un pays riche par sa culture peut-il être pauvre en image ? La culture doit pouvoir se transformer en un produit qui s’offre, qui se vend et favorise la rentrée des devises. Mais cela bien sûr si la vitrine d’exposition est à la hauteur. Et c’est vous.

DIPLOMATES SOYEZ PAR CONSEQUENT INNOVANTS, INVENTIFS ET CREATIFS POUR RECEVOIR LES RETOMBEES ECONOMIQUES EN FAVEUR DE NOTRE PAYS.

Voila pourquoi le MCC préconise une reformulation de certains objectifs, pour mieux soutenir l’étendard des valeurs identitaires haïtiennes.

Et nous en viendrons à parler de l’ISPAN et du projet PAST.

ISPAN ou Institut de Protection du Patrimoine National.

Et le projet PAST pour PRESERVATION DU PATRIMOINE ET APPUI AU SECTEUR TOURISTIQUE.

1.-Suite à une lettre-accord du 13 Juin 2013 entre l’Etat haïtien et la Banque mondiale, un protocole d’accord est intervenu entre le Ministère de l’Economie et des Finances, le Ministère de la Culture, le Ministère du Tourisme pour la mise en place d’un projet devant :

  • Restaurer, préserver et mettre en valeur les biens patrimoniaux du pays ;
  • Renforcer les infrastructures locales autour de ces sites
  • Soutenir le développement du secteur touristique
  • Renforcer la capacité du gouvernement à répondre rapidement et efficacement à une situation d’urgence.

(Comme un éventuel séisme frappant le Nord du pays, dont la ville du Cap-Haïtien avec de nombreuses résidences à valeur historique donc qu’il faut tenter de protéger d’ores et déjà).

La mise en œuvre du projet est assurée par le Ministère des Finances à travers son Unité technique d’exécution (UTE) et le suivi technique des activités est sous la responsabilité de l’Institut de Sauvegarde du Patrimoine National (ISPAN).

Je devrais vous parler également de la RN-3 ou Route Nationale #3 qui est financée par l’UNION EUROPEENNE et devant relier la capitale Port-au-Prince au Cap-Haïtien en passant par le Département du Centre (Hinche). Or cette route traverse le Parc historique national (PNH), à travers la commune de Milot et risque de créer une menace pour le patrimoine historique haïtien du Grand Nord.

Comment éviter cette menace ? On y travaille actuellement. Avec entre autres la collaboration d’experts étrangers.

En un mot, toutes les actions entreprises par le MCC tendent d’abord à valoriser notre PATRIMOINE, notre CULTURE et ensuite offrir à ceux qui visitent HAITI des lieux nouveaux à découvrir, afin de toujours mieux aimer notre pays et enfin à faire mieux profiter aussi notre Pays de cette belle culture.

Notre pays doit refaire son image par l’activation de ses diverses composantes culturelles mais qui soient véhiculées par le biais d’une diplomatie qui gagne constamment du terrain. Comptez sur le MCC pour mobiliser ses atouts à vos côtés.

Je vous remercie de votre aimable attention.

Marc A. Garcia

© AMBASSADE DE LA RepubliQUE D’Haiti A Tokyo ▪︎ JapOn 2016