Intervention du Président de la République à la Conférence des Chefs de Mission (28.07.2016)

ALLOCUTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, SON EXCELLENCE JOCELERME PRIVERT, A L’OCCASION DE L’OUVERTURE DE LA  TROISIEME CONFERENCE DES CHEFS DE MISSION DIPLOMATIQUE

Kinam I - 28 juillet 2016

PLAN DETAILLE DE L’ALLOCUTION

MISE EN CONTEXTE

C'est un plaisir pour moi de vous souhaiter la bienvenue et de vous remercier de votre présence et de votre engagement dans le travail de représentation de notre  pays, cher à tous, que vous faites à l'extérieur. Ce forum se veut un espace d'information, de discussion, d'échange et de mise en cohérence des actions que prend l'Exécutif provisoire en stricte application de l'accord du 5 février 2016.

OBJETS DE CE FORUM

Il s'agit donc, à travers ce forum, de vous armer pour pouvoir mieux expliquer à nos partenaires la situation qui est celle du pays depuis la publication des résultats des élections de 2015. Je vous convie à faire avec moi un exercice de réflexion et d'analyse sur la situation qui prévaut au pays au quadruple point de vue politique, sociale, économique et environnementale.

Situation politique

Depuis la publication des résultats des élections de 2015, le pays s'est enlisé dans une crise qui mine sa stabilité. Ma présence aujourd'hui comme Président provisoire s'inscrit dans la droite ligne d'une recherche de solution à cette crise.

Situation économique

Les crises politiques sont toujours déstabilisantes pour l'économie. La dépréciation de la gourde est le phénomène le plus marquant des dernières années. Le taux de change de la monnaie nationale par rapport au dollar de 43.5 pour un dollar en 2011 avait déjà atteint 59.77 gourdes pour un dollar en février 2016.

Les interventions sur le marché des changes (diminution des réserves monétaires qui sont passées de 1.3 milliard de dollars en septembre 2012 à 800 millions de dollars en décembre 2015) couplées à celles d'ordre administratif (réduction drastique des dépenses publiques, cash management) visant une plus grande prudence dans la gestion des fonds publics, n'ont permis que le ralentissement de la dépréciation.

Les effets de cette dépréciation se ressentent sur le marché monétaire, les finances publiques, l'équilibre budgétaire, la balance commerciale, la dollarisation du système bancaire, bref sur la croissance de l'économie.

Situation des finances publiques

Les conséquences de la crise post-électorale née des élections de 2015 se ressentent sur le niveau des recettes fiscales collectées. En effet, d'octobre 2015 à juin 2016, ces dernières ne sont que de 50 294,4 millions de gourdes, soit un taux de perception de 65,1% par rapport au budget initial. Le gouvernement a du donc réviser a la baisse les prévisions de recettes établies dans le budget initial..

Situation sociale

Cette situation économique catastrophique affecte terriblement la capacité de l'Etat à répondre avec toute l'efficacité nécessaire et voulue aux attentes légitimes de la population. Elle est aussi à même d'expliquer les difficultés actuelles et le fait qu'il soit difficile de réaliser des investissements dans les régions affectées par la sécheresse et pour les catégories les plus faibles de la population.

Haïti figure dans la liste des pays les plus pauvres du monde avec un taux de pauvreté global de 77%. Plus de la moitié de la population vit avec moins de 1 dollar US par jour et 80% de la population vit avec moins de 2 dollars US par jour.

La détérioration sociale en Haiti se manifeste par des mouvements de revendication sociale, comme celle des médecins résidents des hôpitaux publics qui dure depuis plusieurs mois. Nous assistons également à une montée de l'insécurité et de la criminalité. Au cours des dix-huit (18) derniers mois, soit entre janvier 2015 et juin 2016, plus de mille deux cents trente-quatre (1234) personnes ont été assassinées par balle, selon un rapport rendu public par une organisation de défense des droits de l'homme.

La migration sauvage de nos compatriotes continue vers la République Dominicaine mais également en Amérique Latine, à travers l'Equateur et la Colombie. D'octobre 2015 à Mai 2016, de nombreux compatriotes qui avaient émigré au Brésil ont tenté de rentrer aux États-Unis par la frontière mexicaine. Ils sont actuellement au nombre de 1484 logés dans une église à San Diego.

Environnement

Conséquence de la déforestation qui détruit les sols fertiles et de l'érosion dans les montagnes, la saison des pluies qui a commencé en avril 2016 a fait des dégâts dans certains quartiers de la capitale. Nous avons ainsi eu des inondations et des coulées de boue au cours des dernières semaines dans les zones allant de Carrefour à Diquini.

Enfin, les difficultés économiques de l'État ont des répercussions sur de nombreux secteurs dont le ramassage des ordures et l'assainissement.

DYSFONCTIONNEMENT DES POUVOIRS D’ÉTAT

  • Pouvoir Exécutif
  • Pouvoir législatif
  • Pouvoir judiciaire

CONSÉQUENCES SUR LES INSTITUTIONS

  • Finances publiques
  • Institutions financières et monétaires
  • Représentations diplomatiques
  • Système sécuritaire

LES ÉLECTIONS ANNONCÉES

  • Reprise du premier tour des présidentielles
  • Deuxième tour des élections sénatoriales et législatives complémentaires
  • Premier tour pour le renouvellement du tiers du Sénat dont le mandat arrivera à terme le deuxième lundi de janvier 2017
  • Plus tard vers le 8 janvier 2017
  • Deuxième tour des présidentielles le cas échéant
  • Deuxième tour des sénatoriales pour le tiers en jeu
  • Les élections locales

RISQUES POUR LE PAYS DE LA NON TENUE DES ELECTIONS

  • Pouvoir Législatif.- Le Pouvoir Législatif amputé de 16 Sénateurs sera rendu dysfonctionnel.
  • Pouvoir Exécutif.- Le Gouvernement sera dépourvu de toute légitimité avec le dysfonctionnement du Parlement.
  • Pouvoir Judiciaire.- Dysfonctionnement de la Cour de Cassation, la plus haute instance judiciaire du pays.

LES ENJEUX ET DEFIS DE CES ELECTIONS

  • Empêcher la disparition d'Haïti comme Etat sur la scène internationale.
  • Combler les vides au niveau des organes des trois pouvoirs
  • Assurer le bon fonctionnement des institutions républicaines

CONDITIONS INDISPENSABLES A LA TENUE DES ELECTIONS

  • L'enregistrement des candidats aux postes en vue
  • La transmission par l'ONI de la base de données
  • Le financement du processus électoral
  • La convocation du peuple en ses comices

DECISIONS ARRETEES

  • Le Pouvoir Exécutif n'accordera aucune attention et aucune faveur spéciale à aucun candidat.
  • La présidence et le Gouvernement n'ont pas de candidat et s'abstiendront de toute interférence dans le processus électoral.
  • Les Délégués départementaux, les vice-délégués d'arrondissement, les Commissaires du Gouvernement, les fonctionnaires de l'Etat etc., sont instruits à l'effet de s'abstenir de toute interférence dans le processus électoral
  • Les élections seront libres, honnêtes, transparentes et démocratiques.

MON MESSAGE

  • Ces élections sont indispensables pour relever les défis socio-économiques auxquels le pays fait face.
  • La stabilité politique à la mobilisation des investissements au développement socio-économique peut être garantie qu'a travers des élections honnêtes, crédibles et transparentes.
  • Aucun sacrifice ne sera trop grand pour assurer et garantir l'installation au plus tard le 7 février 2016 d'un Président élu.

SORTIR DE LA CRISE POLITIQUE POUR RELANCER L’ECONOMIE

Nous avons tous Mesdames et Messieurs, vous les représentants de notre pays a l'étranger et nous autres de l'intérieur, l'urgence de travailler à développer une diplomatie économique pour améliorer la destination Haïti par la mise en place d'un climat plus favorable aux investisseurs étrangers. Dans la gestion de ce dossier, l'organisation d'élections libres, honnêtes, sincères et transparentes demeure incontournable. La course au contrôle de l'institution électorale a toujours été à l'origine de la crise que vit notre société.

Aussi, le CEP actuel fruit d'un large consensus au niveau des différents secteurs représentatifs de la société, a été constitué dans la plus grande transparence afin d'établir la confiance. Il importe de bien comprendre cela.

Haïti ne sortira de cette crise politique que par de bonnes élections qui permettront de relancer l'économie en rétablissant l'aide publique au développement. Nous sommes condamnés à vivre ensemble sur ce coin de terre et nous devons trouver ensemble un contrat social permettant de le faire avec toute la solidarité nécessaire entre toutes les couches de la population.

Je m'engage donc solennellement à tout mettre en oeuvre en vue de leur réalisation aux échéanciers prévus dans le calendrier électoral.

Je vous remercie.

© AMBASSADE DE LA RepubliQUE D’Haiti A Tokyo ▪︎ JapOn 2016